Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Les Recommandations Thérapeutiques
Les Publications
Résumés des Protocoles Gercor
Le Courrier du Gercor
Cas Cliniques
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
 


 
Bronches
Canal anal
Cancers métastatiques
Carcinomes infiltrants
Colon
Endomètre
Epithéliomas (vagin)
Epithliomas (vulve)
Estomac
Foie
Maladies trophoblastiques
Mélanome malin cutané
Mésothéliome pleural
Métastases cérébrale
Oesophage
Ovaire
Pancréas
Prostate
Rectum
Rein
Sarcomes
Sein
Testicule
Tête et cou
Tumeurs voie excrétrice supérieure
Tumeurs neuro-endocrines
Tumeurs osseuses
Vessie
Voies biliaires
 

 

Généralités

1. L'épidémiologie

On recense 1 000 à 1 500 nouveaux cas par an en France.

Les cancers des voies biliaires peuvent être associés aux maladies inflammatoires des voies biliaires, parasitoses, lithiases, recto-colite hémorragique, maladie de Crohn, cholangite sclérosante. Ils pourraient être favorisés par helicobacter bilii.

2. L'anatomopathologie

Il s'agit d'un adénocarcinome ductulaire dans 90 % des cas.

Les autres types histologiques sont :

3. La classification

Il existe une classification TNM spécifique pour les cholangiocarcinomes intrahépatiques, pour les adénocarcinomes de la vésicule biliaire, pour les carcinomes des canaux biliaires extrahépatiques et pour les ampullomes vatériens. Ces différentes classifications ne seront pas détaillées ici.

4. Le pronostic

La survie médiane est classiquement de 9 à 12 mois tous stades confondus.

Le taux de résécabilité est de 35 % pour les tumeurs distales (ampoule de Vater, tumeur du cholédoque), inférieur à 10 % pour les tumeurs intrahépatiques.

En cas de résection complète d'une tumeur distale sans envahissement ganglionnaire, la duodéno-pancréatectomie céphalique permet d'obtenir un taux de survie à 5 ans de 40 %. En présence d'une atteinte ganglionnaire, la survie à 5 ans est inférieure à 5%.

Pour les adénocarcinomes intra-hépatiques et les carcinomes des voies biliaires hautes et moyennes réséquées, la survie reste inférieure à 10 % à 5 ans.

Pour les cancers de la vésicule biliaire, la guérison après cholécystectomie est habituelle dans les tumeurs superficielles. En cas d' envahissement de la musculeuse ou de la séreuse, la survie à 5 ans est de 15 %.

[retour]

Les méthodes thérapeutiques
1. L'évaluation des critères de résécabilité

Les méthodes sont : l'échographie, l'échoendoscopie, la tomodensitométrie avec acquisition hélicoïdale continue et injection de produit de contraste, l'IRM avec cholangio-IRM, la cholangiographie par voie percutanée.

La résécabilité dépend des rapports de la tumeur avec les vaisseaux et avec le parenchyme hépatique.

2. La chirurgie

Il s'agit de la résection, si elle est possible (globalement 20 % des cas).

En cas de tumeur de la vésicule biliaire avec envahissement de la musculeuse ou de la séreuse, le geste chirurgical est la cholécystectomie avec résection du tissu hépatique et du lit vésiculaire, associée à une lymphadénectomie portale.

Le plus souvent, la chirurgie est palliative : dérivations biliaire et digestive, geste antalgique.

 

3. La radio-chimiothérapie adjuvante

Elle associe radiothérapie, 5-FU avec ou sans cisplatine.

4. La chimiothérapie ou l'association radio-chimiothérapie pour tumeur localement avancée ou métastatique.

L' association radiochimiothérapie est efficace pour les tumeurs localement avancées, mais elle est toxique.

La chimiothérapie est indiquée chez les patients métastatiques. Il y a peu d'études. Le taux de réponse est de 15 à 45 %. Les meilleurs taux de réponse ont été observés avec l'association 5-FU-cisplatine ± épirubicine.

[retour]

La stratégie thérapeutique

En cas de maladie résécable, le traitement est chirurgical avec un recours à évaluer à la radiochimiothérapie.

En cas de maladie non résécable, le traitement repose sur la chimiothérapie (5-FU, cisplatine ou gemcitabine) ou sur la radiochimiothérapie si le cancer est localisé.

Le GEMOX, association gemcitabine et oxaliplatine toutes les deux semaines, dont les résultats préliminaires sont très encourageants, est une option (hors AMM) dans cette maladie pour laquelle aucun médicament n'a encore obtenu d' AMM…

[retour]

Les essais thérapeutiques

Métastatique

[retour]

Sitemap