Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Les Recommandations Thérapeutiques
Les Publications
Résumés des Protocoles Gercor
Le Courrier du Gercor
Cas Cliniques
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
 


 
Bronches
Canal anal
Cancers métastatiques
Carcinomes infiltrants
Colon
Endomètre
Epithéliomas (vagin)
Epithliomas (vulve)
Estomac
Foie
Maladies trophoblastiques
Mélanome malin cutané
Mésothéliome pleural
Métastases cérébrale
Oesophage
Ovaire
Pancréas
Prostate
Rectum
Rein
Sarcomes
Sein
Testicule
Tête et cou
Tumeurs voie excrétrice supérieure
Tumeurs neuro-endocrines
Tumeurs osseuses
Vessie
Voies biliaires
 

 

Généralités

1. L'épidémiologie

L'incidence des tumeurs carcinoïdes est de 1,5 / 100 000 habitants.

La fréquence annuelle des tumeurs neuroendocrines pancréatiques en France est de 75 à 100 insulinomes, 50 à 60 gastrinomes, moins de 5 des autres formes (vipome...).

La fréquence des métastases hépatiques “ non sécrétantes ” n'est pas connue.

2. L'anatomopathologie

On distingue les tumeurs neuro-endocrines (TNE) bien différenciées, carcinoïdes digestifs ou pancréatiques, les tumeurs neuro-endocrines mal différenciées et les tumeurs neuro-endocrines mixtes endo- et exocrines.

3. La classification

Il n'y a pas de classification standard.

Les TNE peuvent faire partie d'une néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (les tumeurs neuro - endocrines pancréatiques surtout).

4. Le pronostic

Il est très variable selon la localisation, la taille, le degré de différenciation et l'extension.

La survie à 5 ans des tumeurs carcinoïdes du tube digestif est de 52 à 99 %, des gastrinomes de 27 à 69 %.

[retour]

Les méthodes thérapeutiques

1. La résection chirurgicale

- Pour les tumeurs carcinoïdes du tube digestif, il s'agit d'une exérèse curative d'étendue variable selon la localisation, la taille et l'extension.
L'exérèse palliative est souvent justifiée.

Pour les tumeurs neuro-endocrines pancréatiques, l'intervention consiste en une énucléation ou une pancréatectomie à visée curative après un staging précis (bilan de la ou des localisations et de leur extension),
une recherche de néoplasie endocrine multiple de type 1 (NEM 1) et un contrôle du syndrome humoral. La chirurgie de réduction tumorale a des indications particulières.

2. La transplantation hépatique

Les indications sélectionnées sont en cours d'évaluation.

3. Le traitement symptomatique

Il comprend :

4. La chimio-embolisation des métastases hépatiques

Elle utilise le spongel avec l'adriamycine.

Elle est efficace sur le syndrome tumoral essentiellement, en particulier dans les tumeurs carcinoïdes.

Ses contre-indications sont la thrombose porte complète, l'insuffisance hépato-cellulaire et un flux sanguin hépatofuge.

5. La radiofréquence est en cours d'évaluation

6. La chimiothérapie systémique

Les drogues actives sont l'adriamycine avec 20% de taux de réponse en monothérapie, le 5-FU avec 26% de réponse, et le déticène avec 17 % de réponse.

La polychimiothérapie est le plus souvent utilisée.

Les carcinoïdes métastatiques sont peu chimiosensibles. 5-FU - streptozotocine donne 16 à 33% de réponse (réponse objective et mineure), 5-FU et adriamycine 13 %, adriamycine et streptozotocine 45 % (13 patients seulement). Les triples ou quadruples combinaisons ne font pas mieux.

Les TNE pancréatiques métastatiques répondent à 45 % avec la combinaison 5-FU plus streptozotocine et à 69 % avec adriamycine et streptozotocine, même si ce résultat dans une étude randomisée publiée en 1992 paraît peu reproductible.

Les TNE peu différenciées répondent bien à l' association cisplatine et étoposide avec 54 à 67 % de réponse.

La durée des réponses est de 3 à 9 mois en moyenne.

[retour]

La stratégie thérapeutique

Pour les tumeurs localisées (tumeurs carcinoïdes), le traitement est chirurgical : exérèse locale si la tumeur est inférieure à 1 cm, exérèse locale ou résection large si la tumeur à une taille de 1 à 2 cm, exérèse large au - delà d'une taille de 2 cm.

En cas de tumeur localement avancée, avec extension locale ou envahissement ganglionnaire étendu, l'exérèse chirurgicale large est requise si elle est possible.

Les tumeurs métastatiques sont traitées en fonction de leur évolutivité :

Tumeurs neuro - endocrines bien différenciées pancréatiques :

Tumeurs carcinoïdes :

- 5-FU - streptozotocine :

Tumeurs neuro - endocrines mal différenciées : - Etoposide - cisplatine :

[retour]
Sitemap