Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Recommandations
Thérapeutiques
- Référentiels Gercor
- Hématologie maligne
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Cas Cliniques
Les Publications
Le Courrier du Gercor
 


 
Les Lymphomes Non-Hodgkiniens
Epidémiologie
Anatomopathologie
Classification
d'Ann Arbor
Symptomatologie
Moyens Diagnostiques
Bilan Pré-thérapeutique
Principaux Types de Lymphomes
Méthodes Thérapeutiques
Stratégie Thérapeutique
La Leucémie Lymphoïde Chronique
La Maladie de Hodgkin
Le Myélome Multiple ou la Maladie de Kahler
La Leucémie Myéloïde Chronique (MLC)
Les Leucémies Aigües Myéloblastiques
Les Leucémies Lymphoblastiques Aigües
 

PRONOSTIC

Le pronostic dépend du type de lymphome et de la présence de facteurs ayant une valeur pronostique.
Dans les lymphomes de haut grade, un Index Pronostique International a pu être bâti à partir de l'analyse multicentrique de plusieurs milliers de cas. L'âge est le premier élément important avec une limite à 60 ans.
Les 3 autres facteurs à toujours rechercher sont :

  • une élévation du taux des LDH sériques au delà de la normale,
  • les stades III et IV,
  • l'indice de performance 1.

En l'absence de tout facteur, la survie est supérieure à 85% à 5 ans. Elle chute à 35% en présence de 3 facteurs.
Les lymphomes folliculaires ont les mêmes facteurs pronostiques auxquels on ajoute l'anémie (Index FLIPI).
Les autres LNH ont des tendances évolutives très variables. Parmi les lymphomes dits de bas grade histologique, le lymphome du manteau a une évolution grave dans la plupart des cas.
Parmi les lymphomes dits de haut grade, les lymphomes de Burkitt ont une évolution grave mais sont très chimio-sensibles ; les lymphomes lymphoblastiques conservent un mauvais pronostic.
Parmi les lymphomes T, les lymphomes à grandes cellules anaplasiques ont le pronostic le meilleur alors que les autres lymphomes périphériques de type T restent très graves.

 

Sitemap