Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Cancer bouche et gorge
Cancer colorectal
Cancer endomètre
Cancer estomac
Cancer foie
Cancer larynx
Cancer ovaire
Cancer pancréas
Cancer peau
Cancer poumon
Cancer prostate
Cancer rein
Cancer sein:
  > Généralités
  > Prévention
  > Traitements
  > Effets secondaires
  > Reconstruction
Cancer testicules
Cancers col de l'utérus
Cancer vessie
Tumeurs et métastases
Tumeurs système nerveux central
 

 

Introduction
Les tumeurs malignes du cerveau touchent 4000 à 5000 personnes chaque année en France ; les hommes sont légèrement plus touchés que les femmes. Un cas sur 6 concerne les enfants, les adolescents et les adultes jusqu’à 30 ans, 1 cas sur 3 des personnes de 30 à 60 ans et 1 cas sur 2 des personnes de plus de 60 ans.

Les symptômes
Les symptômes sont liés à l’emplacement de la tumeur dans le cerveau ; le plus souvent, il s’agit :

  • de maux de tête,
  • de vomissements,
  • de crises d’épilepsie ou de pertes d’équilibre,
  • de lésions de la vision,
  • de troubles de la motricité (paralysies).

Ces symptômes sont causés par une élévation de la pression du liquide intracrânien (nausées, vomissements) ou par une irritation du cerveau (épilepsie), voire par des dommages créés par la tumeur elle-même.

Dans le cas d’une tumeur située dans la moelle épinière, située dans la colonne vertébrale, les symptômes peuvent être des douleurs au dos, des faiblesses aux bras et aux jambes et des problèmes de contrôle de la vessie et des intestins.

[retour]

Les types de tumeurs
Les tumeurs naissent soit dans le cerveau (on les appelle les tumeurs primaires), soit elles sont constituées de métastases provenant d’une autre localisation tumorale.

Plus de la moitié des tumeurs cérébrales malignes sont des gliomes (astrocytomes et oligodendrogliomes).

D’autres plus rares sont appelées médulloblastomes, épendymomes.

Enfin, certaines tumeurs primitives sont bénignes : méningiomes, neurinomes acoustiques, adénomes de l’hypophyse. Leur nom est issu de la localisation de la tumeur dans le cerveau et du type de cellules qui les constituent.

A la différence des autres cancers, les tumeurs malignes cérébrales, en particulier les gliomes malins, ne se propagent pas en dehors du système nerveux central. Il n’y a donc pas de métastases. Leur malignité est liée à la difficulté d’obtenir une rémission complète après traitement local.

[retour]

Traitements
Le plus souvent, le traitement préconisé est la chirurgie consistant en l’ablation complète ou partielle de la tumeur. Cette chirurgie est parfois impossible car ses effets secondaires seraient trop importants.

L’opération chirurgicale est souvent complétée par un traitement de radiothérapie qui dans certains cas permet d’augmenter la durée de survie et de diminuer les souffrances liées aux symptômes. Des radiothérapies très localisées ou radiochirurgie peuvent dans certains cas être appliquées.

La chimiothérapie de complément améliore un peu les résultats des combinaisons chirurgie-radiothérapie.

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"