Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Cancer bouche et gorge
Cancer colorectal
Cancer endomètre
Cancer estomac
Cancer foie
Cancer larynx
Cancer ovaire
Cancer pancréas
Cancer peau
Cancer poumon
Cancer prostate
Cancer rein
Cancer sein:
  > Généralités
  > Prévention
  > Traitements
  > Effets secondaires
  > Reconstruction
Cancer testicules
Cancers col de l'utérus
Cancer vessie
Tumeurs et métastases
Tumeurs système nerveux central
 

 

Introduction
Le cancer du foie appelé également " carcinome hépatocellulaire" est classifié comme le 8ème cancer dans le monde.

Il est toutefois beaucoup plus répandu dans les pays en voie de développement et principalement en Chine où ce cancer compte 45% des cas dans le monde. Le pronostic de ce cancer est généralement mauvais puisque la médiane de survie est de quelques mois.

[retour]

Epidémiologie

Le cancer primitif issu des cellules du foie est appelé hépatocarcinome ; il est à différencier des métastases hépatiques d'autres cancers, souvent appelées à tort cancer du foie.

Le carcinome hépatocellulaire ou C.H.C. est la principale tumeur primitive du foie.

Son principal facteur de risque est la cirrhosedu foie. Dans environ 60% des cas, cette cirrhose est secondaire c'est-à-dire provient d'une maladie alcoolique ou d'une infection par le virus de l'hépatite C.

[retour]

Classification du cancer du foie
Cette classification se fonde sur le type de cellules d’origine devenues cancéreuses et sur le caractère bénin ou malin de la tumeur.

[retour]

Les symptômes
Les symptômes les plus courants sont :

  • une perte de poids,
  • une perte d’appétit,
  • une fatigue ,
  • les douleurs abdominales,
  • une jaunisse,
  • des démangeaisons ou prurit,
  • une gêne respiratoire.

[retour]

Le diagnostic
Il intervient malheureusement souvent lorsque le cancer est déjà avancé.

En effet, le cancer du foie est peu fréquent et les symptômes peu typiques.

Les étapes essentielles du diagnostic sont les suivantes :

  • le "taux de suspicion" élevé chez les patients ayant eu une hépatite chronique ou une cirrhose d'origine alcoolique,
  • un examen clinique complet,
  • les test sanguins, avec analyse des marqueurs tumoraux en particulier le « alpha-fetoprotéine » (AFP),
  • une imagerie avec plus particulièrement, une échographie abdominale, une angiographie, un IRM,
  • une biopsie.

[retour]

Le pronostic
Il est généralement mauvais car le stade de la découverte est tardif.

En effet, la tumeur est souvent diffuse ou trop volumineuse avec une extension vasculaire.

[retour]

La stratégie thérapeutique
Elle est fonction des résultats du bilan initial qui doit théoriquement permettre de sélectionner les patients opérables et non-opérables.


1. Les patients opérables

Ils ont en général une tumeur primitive apparemment peu étendue sans signe d’envahissement et sans extension péritonéale. L’intervention consiste en une résection tumorale avec ou sans hépatectomie.


2. Les patients inopérables

Le traitement est alors palliatif visant à supprimer le prurit et les risques infectieux afin d’assurer des conditions de survie supportables.

[retour]

Les traitements possibles
Les méthodes thérapeutiques sont souvent inefficaces, qu’il s’agisse de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou de l’hormonothérapie par Tamoxifène.

La seule méthode thérapeutique à potentiel curatif est donc la transplantation hépatique chez des patients à tumeur unique, petite de moins de 5 centimètres ou bien chez des patients à petites tumeurs de moins de 3 centimètres.

D’autres traitements locaux sont possibles comme des traitements intra-artériels ou des destructions tumorales par l’éthanol, l’alcoolisation.

[retour]

Les cancers secondaires du foie
Le foie est l’organe le plus atteint par la dissémination des cancers : plus d’un tiers de tous les cancers créent des métastases au foie.

La tumeur primitive provient donc de n’importe quel organe, sachant cependant que les deux cancers primitifs les plus sujets à extension hépatique sont les cancers digestifs et bronchiques.

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"