Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Cancers bouche et gorge
Cancer colorectal
Cancer endomètre
Cancer estomac
Cancer foie
Cancer larynx
Cancer ovaire
Cancer pancréas
Cancer peau
Cancer poumon
Cancer prostate
Cancer rein
Cancer sein:
  > Généralités
  > Prévention
  > Traitements
  > Effets secondaires
  > Reconstruction
Cancer testicules
Cancer col de l'utérus
Cancer vessie
Tumeurs et métastases
Tumeurs système nerveux central
 

 

Introduction
Le cancer de l’ovaire désigne l’apparition d’une tumeur dans les ovaires.

Parfois une tumeur peut être bénigne touchant généralement des femmes jeunes ; il s’agit alors d’un kyste (masse solide non cancéreuse) qui ne prolifère pas mais qu’il est indispensable d’enlever par intervention chirurgicale s’il persiste ou s’il grossit.

Une tumeur cancéreuse maligne atteint un ou les deux ovaires, organes qui assurent la formation des ovules (cellules qui interviennent dans la reproduction) et produisent des hormones féminines jusqu'à la ménopause. Il existe plusieurs sortes de cancers selon le type de cellule qui est à son origine : il s'agit le plus souvent d'un adénocarcinome .

Les tumeurs malignes peuvent se former sur le pourtour externe de l’ovaire ou à l’intérieur de celui-ci.

Le cancer de l’ovaire est une pathologie parfois sévère, parce que ses symptômes sont difficiles à déceler et que le diagnostic n’est souvent posé qu’à un stade avancé de la maladie (75% des cas).

Il est le cinquième type de cancer le plus commun chez la femme et le plus sérieux cancer gynécologique.

[retour]

Causes et symptômes
On ne connaît pas de cause précise mais la pilule contraceptive diminue son risque, tandis que les traitements de la ménopause sont sans influence et que les stimulations hormonales de la procréation médicalement assistée (PMA) pourraient les favoriser.

Ce cancer ne peut pas être dépisté en raison de son apparition rapide et faute de méthode efficace. Il est révélé par des troubles vagues qui peuvent être associés à n’importe quelle affection : ballonnement intestinal, saignements anormaux, fatigue, constipation, perte d’appétit, besoin fréquent d’uriner, désordres digestifs, crampes, douleurs à l’estomac sont parmi les premières manifestations de la maladie.

Lorsque ces premiers symptômes deviennent plus récurrents, cela signifie souvent que la maladie se situe déjà à un stade avancé ; des douleurs pelviennes (dans le bas du ventre) et un gonflement au niveau de l’abdomen sont alors le signe que le cancer s’est propagé à l’extérieur des ovaires.

[retour]

Anatomie pathologique
Les cancers du revêtement épithélial des ovaires représentent au moins 80% des cancers de l’ovaire. 70% des cas surviennent chez des femmes âgées de plus de 50 ans.

Les types principaux sont :

  • les cancers séreux, les plus fréquents,
  • les cancers mucineux,
  • les cancers endométriodes,
  • les cancers du mésenchyme des cordons sexuels, plus rares,
  • les cancers des cellules germinales (5% des cas).

L’extension est souvent locale au niveau des organes pelviens ; elle peut aussi être ganglionnaire ou péritonéale, c’est-à-dire dans le ventre.

[retour]

Les quatre phases de la maladie
Le cancer de l’ovaire se développe en quatre stades :

  • stade 1 : le cancer est contenu dans l’ovaire ou dans les deux ovaires selon les cas.
  • stade 2 : le cancer s’est propagé sur d’autres organes pelviens comme l’utérus, les trompes, la vessie ou le rectum.
  • stade 3 : le cancer s’étend au-delà de la région pelvienne pour affecter l’abdomen (le péritoine) et les ganglions lymphatiques.
  • stade 4 : présence de métastases sur d’autres organes tels le foie ou la plèvre qui entoure les poumons.

[retour]

Traitements
Peu détectable lors d’un examen gynécologique de routine, les tumeurs de l’ovaire sont généralement diagnostiquées suite aux symptômes exposés par la patiente et une échographie pelvienne.

La chirurgie est un temps essentiel du traitement. L'intervention consiste à ouvrir l'abdomen (laparotomie) afin d’une part d’inspecter la totalité de la cavité abdominale et ses différents organes et y détecter les lésions cancéreuses, et d’autre part, de procéder à l'ablation de la tumeur voire de la totalité des organes génitaux féminins (ovaires, utérus, trompes). Cet acte chirurgical s’appelle une hystérectomie élargie.

La chirurgie est souvent associée à une chimiothérapie afin d’éliminer toute trace de cellules cancéreuses et d’empêcher leur prolifération dans le reste de l’organisme.

La radiothérapie autrefois utilisée est aujourd’hui pratiquement abandonnée.

Parfois, une deuxième laparotomie est nécessaire pour évaluer ou compléter les résultats de la chirurgie initiale si celle-ci était initialement incomplète. En effet, les examens radiologiques (échographie et scanner) sont inappropriés pour détecter de petits résidus tumoraux.

Il est indispensable d'avoir une décision multidisciplinaire (chirurgien et oncologue médical) pour déterminer la meilleure stratégie thérapeutique pour ce cancer de l'ovaire.

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"