Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Chimiothérapie
Aspects pratiques
Chirurgie du cancer
Radiothérapie
Hormonothérapie
Immunothérapie
Angiogenèse
Thérapie génique
Essais thérapeutiques
Effets secondaires
Complications
Troubles émotionnels
Questions
Douleur
 

 

Introduction
Nous allons aborder les troubles émotionnels vécus par les patients atteints de cancer.

L'anxiété
L'anxiété est une réaction habituelle lors d'un diagnostic de cancer. Elle est vécue principalement lorsqu'un test de dépistage est pratiqué, lors de l'attente de résultats à la suite de tests, au moment d'entendre le diagnostic, pendant le traitement lui-même ou lorsque le cancer récidive.

La manière dont est vécue l'anxiété est très variable selon chaque patient. Généralement, l'information sur la maladie et ses traitements applicables rassure le patient. Il faut noter que les personnes habituellement peu anxieuses ne développent que rarement de l'anxiété après un diagnostic de cancer. Ainsi donc, sont plutôt sujets à l'anxiété les patients qui par nature sont angoissés et ont déjà montré des prédispositions à l'anxiété auparavant.

L'anxiété est souvent plus importantes chez des personnes qui souffrent ou sont handicapées ou encore dont le soutien familial est rare.

Finalement, les malades ne craignent pas tant la mort que la souffrance, la solitude ou la dépendance des autres.

Les diverses manifestations de l'anxiété sont les suivantes :

- une modification du comportement

Les symptômes principaux sont la nervosité, l'angoisse, l'incapacité d'assumer une vie normale...Ces troubles sont majorés en phase critique c'est-à-dire lorsque des tests sont en cours, lorsque le diagnostic n'est pas encore fixé ou que le cancer reprend.

Pour diminuer les effets de ces symptômes, il est recommandé de pratiquer des exercices de relaxation, de prendre des médicaments ou de suivre des formations de soutien.

- une propension à la panique

Certains patients peuvent subir des troubles respiratoires dus à l'anxiété ; de même des troubles cardiaques, des crises de tremblements, des sueurs, des nausées. La prescription de médicaments anxiolytiques est nécessaire pour aider le patient.

- les phobies

Elles consistent en des craintes incessantes ou dans le fait de fuir ou d'éviter certaines situations. Elles touchent certains patients qui craignent les soins, les espaces réduits ou les machines utilisées pour les traitements.

- les obsessions

Ces personnes vivent des pensées persistantes, des images, des idées accompagnées de comportements répétitifs. Ces patients peuvent vivre des difficultés à suivre leur traitement uniquement parce qu'ils interfèrent sur le fonctionnement normal de leur organisme. La prise de médicaments ou une psychothérapie sont alors nécessaires pour compenser ces désordres.

- les traumatismes

Certains traumatismes dus à des événements antérieurs à la maladie peuvent interférer sur le vécu d'un patient. En revanche, contrairement à des idées reçues, les événements passés, même douloureux, ne provoqueraient pas le cancer ni ne favoriseraient sa survenue.

Enfin, l'anxiété peut aussi être causée par des médicaments ou par le cancer lui-même qui provoque des déséquilibres chimiques ou des insuffisances respiratoires.

[retour]

La dépression
Toute personne confrontée au diagnostic d'un cancer vit un stress et une forte émotion.

Crainte de mourir, modifier ou arrêter les plans envisagés, changement de l'aspect du corps et de sa propre estime, changements dans le rôle social et dans le style de vie, soucis financiers sont autant de facteurs susceptibles de provoquer des angoisses chez le malade. Cependant, la dépression ne touche pas tous les patients : elle n'est pas systématique.

Généralement, les patients connaissent une tristesse qui ne signifie pas dépression. La dépression en effet ne consiste pas uniquement à être triste ou d'humeur morose.

Elle touche environ 25% des malades et ses symptômes peuvent être facilement diagnostiqués et traités.

Les symptômes sont en général :

  • une humeur négative continuelle,
  • une perte de plaisir et d'intérêt dans tous les domaines,
  • des changements dans le rythme du sommeil et de l'appétit,
  • une nervosité et une susceptibilité,
  • une culpabilisation inutile,
  • une faible capacité de concentration,
  • des pensées obsessionnelles de mort voire de suicide.

Pour diagnostiquer une dépression, ces symptômes doivent au moins durer 2 semaines. Parfois le diagnostic est rendu plus délicat car souvent il est difficile de discerner les symptômes propres à la dépression.

Le plus souvent, la dépression est soignée par des antidépresseurs ; mais il faut noter qu'en réalité une minorité des malades dépressifs est réellement soignée par ce type de médicaments. Les premiers effets des antidépresseurs n'apparaissent généralement qu'au bout de 3 à 6 semaines après le début du traitement, ce qui est très important à expliquer au patient pour qu'il prenne bien son traitement.

[retour]

Les troubles sexuels
La vie sexuelle des patients atteints de cancer peut être affectée par cette maladie.

La cause peut être diverse :

- chirurgicale (cancer du rectum, cancer de la prostate…)
- liée à la maladie : fatigue, perte du désir, asthénie, modifications hormonales, (ménopause induite par le traitement, hormonothérapie…)
- psychologique : peur de ne plus plaire (chirugie du cancer du sein, perte des cheveux avec certaines chimiothérapies…), dépression, dévalorisation...

Chaque cas est particulier, mais il est certain qu'il est indispensable aux patients de parler de ces troubles avec des médecins spécialisés.

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"