Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Chimiothérapie
Aspects pratiques
Chirurgie du cancer
Radiothérapie
Hormonothérapie
Immunothérapie
Angiogenèse
Thérapie génique
Essais thérapeutiques
Effets secondaires
Complications
Troubles émotionnels
Questions
Douleur
 

 

Le protocole
Le protocole de chimiothérapie décrit dans le détail les objectifs, les modalités, les complications et les résultats attendus du traitement médical qui a été choisi. Il sert de référence pendant toute la durée du traitement.

Le protocole donne avec précision :

1. le type de pathologie pour lequel il est prescrit,

2. le stade,

3. son intégration au sein d'un protocole global pluridisciplinaire,

4. les situations cliniques associées permettant ou interdisant son utilisation,

5. d'éventuelles indications ou contre-indications exceptionnelles,

6. les références de littérature médicale utiles.

Pour chaque médicament utilisé, le protocole précise :

1. la dose,

2. le jour voire l'heure d'administration,

3. l'ordre de passage des médicaments et leur mode d'administration,

4. les thérapeutiques adjuvantes nécessaires,

5. les précautions d'utilisation et de surveillance.

De plus, le protocole précise :

1. l'intervalle qui sépare chaque cycle de traitement,

2. le nombre de cures,

3. les principaux effets secondaires attendus,

4. les conditions de reprise du traitement,

5. les toxicités nécessitant un arrêt définitif ou temporaire du traitement,

6. les mesures préventives en cas d'effets secondaires gênants voire les changements,

7. les règles générales d'adaptation de la posologie.

[retour]

L'organisation
Avant toute prescription de chimiothérapie, une consultation évalue:

1. l'examen clinique du patient,

2. la confirmation du bien-fondé de l'indication,

3. la recherche d'éventuelles interférences pathologiques ou médicamenteuses,

4. la prescription des examens complémentaires indispensables,

5. la description des éléments de surveillance nécessaires à la sécurité du traitement,

6. l'organisation pratique de la chimiothérapie (traitement ambulatoire, hôpital de jour, hôpital de semaine...)

7. les principaux effets secondaires et les moyens positifs de les combattre.

La feuille de prescription constitue le lien entre les prescripteurs et le personnel préparant puis exécutant la prescription. Elle est une sécurité pour le malade, le médecin et les infirmières.

Une consultation de bilan permet d'évaluer l'efficacité de la chimiothérapie et fait le point sur :

1. le but de la chimiothérapie (curative, adjuvante ou palliative),

2. les résultats attendus,

3. l'explication donnée aux proches.

[retour]

La réalisation
La plupart des traitements par chimiothérapie se font par voie intraveineuse mais certains peuvent aussi être administrés localement ou par comprimés.

La durée et le programme de traitement dépendent de plusieurs facteurs :

1. le type de cancer soigné,

2. l'objectif du traitement, qu'il soit curatif ou palliatif,

3. le type de médicaments utilisés selon les résultats d'études cliniques,

4. comment le corps répond et réagit au traitement.

Habituellement, les cures durent environ 1 à 5 jours et sont répétées toutes les 2 à 3 semaines afin de laisser une période de repos au patient. Cette période permet au corps de fabriquer de nouvelles cellules saines et au malade de reprendre des forces.

Il est important de bien respecter ce programme afin de permettre aux médicaments d'offrir le meilleur résultat.

Cependant, des délais supplémentaires peuvent être donnés par le médecin en cas d'intolérance, de fatigue excessive ou de mauvais résultats sanguins.

[retour]

Le matériel
Les traitements par chimiothérapie font appel à certains matériels spécifiques.

- Le site implantable ou PAC

Il s'agit d'un tube souple et fin, le plus souvent introduit dans une grosse veine, relié à une capsule ou un réservoir situé sous la peau. Son but est de pouvoir faciliter l'injection de médicaments anticancéreux cytotoxiques qui ne peuvent être donnés que par voie veineuse.
Le cathéter est utilisé lors d'injections prolongées ou répétitives afin d'éviter de piquer le patient trop souvent ou lorsque ses veines sont d'accès difficile. Sa pose est simple et se fait généralement sous anesthésie.
On peut aussi se servir du site implantable pour toute perfusion intraveineuse comme l'alimentation parentérale.

- Les pompes

Elles contiennent le liquide à perfuser. Elles sont à diffusion simple comme les infuseurs ou programmables. Ces pompes améliorent la vie du patient qui peut se déplacer en ambulatoire.

- Les casques réfrigérants

Certains cytotoxiques peuvent provoquer la chute des cheveux. Ces casques réfrigérants sont posés sur la tête du patient afin de limiter la chute des cheveux par refroidissement des cellules du cuir chevelu.

[retour]

Les innovations

La chimiothérapie devient de plus en plus ambulatoire c'est-à-dire que le patient n'a pas forcément besoin d'être hospitalisé pour recevoir son traitement.

La chimiothérapie est mieux tolérée car les traitements correcteurs des effets secondaires existent.

La chimiothérapie peut parfois se donner en comprimés. Ce mode d'administration est en cours de développement et nécessite une attention importante du malade.

 

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"