Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Les Recommandations Thérapeutiques
Les Publications
Résumés des Protocoles Gercor
Le Courrier du Gercor
Cas Cliniques
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
 


 
Bronches
Canal anal
Cancers métastatiques
Carcinomes infiltrants
Colon
Endomètre
Epithéliomas (vagin)
Epithliomas (vulve)
Estomac
Foie
Maladies trophoblastiques
Mélanome malin cutané
Mésothéliome pleural
Métastases cérébrale
Oesophage
Ovaire
Pancréas
Prostate
Rectum
Rein
Sarcomes
Sein
Testicule
Tête et cou
Tumeurs voie excrétrice supérieure
Tumeurs neuro-endocrines
Tumeurs osseuses
Vessie
Voies biliaires
 

 

Protocoles
1. L'épidémiologie

L'incidence est de 6/100 000 personnes soit 4 500 à 5 000 nouveaux cas chaque année en France.

Les cancers du rein représentent 3% des cancers.

2. L'anatomopathologie

Les carcinomes à cellules claires représentent 75 % des cancers du rein, les tumeurs tubulopapillaires 10 %, les carcinomes à cellules chromophobes 5%, les oncocytomes (tumeurs bénignes) 5 %, le carcinome de Bellini 1% et le carcinome sarcomatoïde 1%.

3. La classification TNM (1997)

4. Le pronostic

Les facteurs pronostiques sont le stade TNM, le grade nucléaire de Fürhman et l'infiltration de la paroi vasculaire.

La survie à 5 ans est de 85 % dans les stades T1N0M0, 70 % dans lesT3aN0M0, 57%dans lesT3b / cN0M0, 50 % dans les N1 quelque soit T, 21% dans les N2 quel que soit T. 50 % en cas d'infiltration vasculaire microscopique et 89 % en son absence. Moins de 5% des patients M1 survivent 5 ans.

[retour]

Les méthodes thérapeutiques
1. La chirurgie

Elle comprend la néphrectomie totale élargie. La néphrectomie partielle est possible sur une petite tumeur ou sur rein unique. Elle est accompagnée d'une lymphadenectomie étendue ou partielle (4 à 6 ganglions).

En cas de maladie métastatique, la néphrectomie est conseillée si l'état général le permet (deux études récentes ont démontré une amélioration de la survie globale après néphrectomie).

2. La radiothérapie

Elle a un intérêt symptomatique en cas de métastases.

3. La chimiothérapie

Le taux de réponse est inférieur à 10%.

4. L'hormonothérapie

Le taux de réponse est inférieur à 5%.

5. l'immunothérapie

Le taux de réponse est de 12 à 25 %.

Un bénéfice en survie est démontré pour l'interféron alpha et l'interleukine-2.

6. La chimio-embolisation

La chimioembolisation est réalisable seule chez des patients inopérables ou en préopératoire pour les grosses tumeurs hypervascularisées.

[retour]

La stratégie thérapeutique

Une maladie localisée (T1 T2 N0 M0) est traitée par chirurgie.

Une maladie localement avancée (T3 T4 quel que soient N et T1 T2 si N+) est opérée.

La maladie disséminée (M1) est traitée soit par :

- IFN (9 à 18 MU x 3 par semaine) dans le schéma AMM.
- IL2 (9 à 18 MU / j, 5 jours/7) dans le schéma AMM.

Le Gercor soutient les protocoles PERCY / SCAPP.
- Le protocole Percy duo compare IL2 IV + IFN SC versus IL2 SC + IFN SC, chez les patients de bon pronostic.

- Le Percy quattro compare l'acétate de médroxy - progestérone vs IFN SC vs IL2 SC vs IL2 + IFN SC, chez des patients de pronostic intermédiaire.

[retour]
Sitemap