Nom d'utilisateur :   Mot de Passe :

 
Grand public
Le Gercor
Informations Générales sur le Cancer
Les Types de Cancer
Les Traitements
Les Conseils Pratiques
Professionnels
Résumés des Protocoles Gercor
Résumés Protocoles Gercor non promoteur
Les Publications
 


 
Surveillance post-thérapeutique
Cancer et rechute
Phases psychologiques
Mieux vivre son cancer
Soutien psychologique
Patient et proches
Exercices physiques et massages
Médecines parallèles
Soins palliatifs
Droits administratifs et sociaux
Textes légaux
 

 

Introduction
Autant les médecins préconisent à leurs patients de rester aussi actifs que possible et de maintenir une vie la plus normale possible pendant le traitement, autant peu d'entre eux vont jusqu'à recommander un programme de remise en forme et d'exercices physiques pendant cette période.

Or, le maintien d'une vie active est souvent amélioré par l'exercice physique qui peut avoir pour effet de diminuer les symptômes telle la constipation tout en donnant au patient un réel soutien psychologique et une meilleure forme physique.

[retour]

Les bénéfices de la pratique de l'exercice physique
Les exercices physiques généralement :

  • redonnent énergie et endurance,
  • stimulent la santé psychologique,
  • minimisent le stress.

L'exercice physique prévient plus généralement l'ostéoporose ainsi que les maladies des artères coronaires, stimule le processus de digestion, le métabolisme et diminue la constipation.

De même, la pratique de l'exercice apporte au patient une meilleure qualité de sommeil, une humeur plus stable et surtout régule le poids en stimulant l'appétit.

[retour]

Quels exercices, quand et comment ?
Les exercices doivent être pratiqués selon :

  • le stade de la maladie,
  • le type de cancer,
  • les médicaments absorbés et la réaction du patient à ces médicaments,
  • l'état physique général du malade,
  • les préférences du patient.

En quelque sorte, quelle que soit la faiblesse ou la vulnérabilité du malade, tout exercice aussi doux soit-il peut être bénéfique sur son état général.

Par contre, autant il est primordial que le patient se repose lorsqu'il en a besoin, autant rester trop allongé peut entraîner un ramollissement, voire un relâchement musculaire grave.

Lorsque le patient est hospitalisé et allongé sur une longue période, il perd en moins d'une semaine une grande quantité de ses forces. Ainsi, plus un malade reste allongé longtemps sans exercice, plus sa remise en forme physique sera fastidieuse et difficile.

De même, après une opération chirurgicale, il peut être préconisé de re-pratiquer des exercices physiques. L'autorisation du médecin est alors indispensable. Le programme est dans ce cas plutôt un programme de ré-éducation ou de réhabilitation permettant la récupération des fonctions du corps atteint par la chirurgie.

Cependant, il ne faut pas pratiquer d'exercices intensifs en cas de douleurs osseuses, d'insuffisance respiratoire, de fatigue musculaire, de vomissements sévères, de fièvre ou d'infection.

[retour]

Le massage thérapeutique
Un bon massage possède une fonction thérapeutique tant pour l'esprit que pour le corps.

Le massage a un effet relaxant, stimule la circulation, assouplit les articulations et adoucit la tension musculaire.

Cependant, le massage ne soigne pas.

Le massage peut-il favoriser la propagation des cellules cancéreuses ?

On peut répondre non à cette question, mais il faut éviter certains massages trop intenses ou pratiqués à proximité de la zone tumorale.

En tout état de cause, le massage ne doit en aucun cas être douloureux.

[retour]

Conclusion
Si certaines techniques de massage comme la reflexologie, le Reiki, le Shiatsu, la méthode de Simonton ou la sophrologie (consultez les sites référencés qui expliquent ces techniques dans notre rubrique "liens") sont proposées aux patients, il faut garder à l'esprit qu'aucune de ces techniques n'a démontré une efficacité sur le cancer même si certains l'ont revendiqué.

[retour]

Plus d'informations, consultez notre rubrique "les liens utiles"