Les Recommandations Thérapeutiques Les Publications Résumés des Protocoles GERCOR Le Courrier du Gercor Autres Protocoles : Résumés Plan Accueil Nous contacter Quitter dictionnaire médical

Les Recommandations Thérapeutiques
Epithliomas infiltrants de la vulve (c51)
Epithéliomas infiltrants du vagin (C52)
Le cancer de l'endomètre
Le cancer de l'estomac
Le cancer de l'oesophage
Le cancer de l'ovaire
Le cancer de la prostate
Le cancer de la vessie
Le cancer des voies biliaires
Le cancer du canal anal
Le cancer du côlon
Le cancer du pancréas
Le cancer du rectum
Le cancer du rein
Le cancer du testicule
Le cancer primitif du foie
Le mélanome malin cutané
Le mésothéliome pleural
Les cancers bronchiques
Les cancers métastatiques de site primitif inconnu
Les carcinomes infiltrants du col utérin
Les maladies trophoblastiques
Les métastases cérébrales des tumeurs solides
Les sarcomes des tissus mous
Les tumeurs de la tête et du cou
Les tumeurs de la voie excrétrice supérieure
Les tumeurs osseuses primitives
Le cancer du sein
Les tumeurs neuro-endocrines digestives

toutes les rubriques



Les métastases cérébrales des tumeurs solides
Généralités
Stratégie thérapeutique
Généralités

I.1. Epidémiologie

- 20% des tumeurs solides se compliquent de métastase(s) cérébrale(s) symptomatique(s).
- 50% des métastases cérébrales symptomatiques sont multiples.
- Cause du décès dans 40% des cas.

I.2. Anatomie pathologique

Devant des métastases cérébrales révélatrices, les tumeurs primitives le plus fréquemment retrouvées sont des cancers de :
Bronche (40%)
Sein (20%)
Mélanome (10%)
Tube digestif (10%)

I.3. Pronostic

Meilleur pronostic critères du RTOG :
- bon indice de performance
- tumeur primitive contrôlée
- métastase(s) cérébrale(s) isolée(s)
- âge inférieur à 60 ans.


Stratégie thérapeutique

II.1. Traitement corticoïde

Il améliore les symptômes chez 70 à 80% des patients dès la première semaine. La dose doit être réduite au plus vite à la plus faible dose efficace.

II.2. Traitement hypocoagulant

Les tumeurs intracérébrales sont associées à un risque élevé de thrombose veineuse profonde (environ 1 sur 3).
Un traitement hypocoagulant prophylactique n’ augmente pas le risque d’hémorragie intracérébrale.
Il est indiqué en l’absence des contre-indications générales habituelles.

II.3. Traitement antiépileptique

Il n’est pas indiqué chez un patient qui n’a pas présenté de crise épileptique, sauf en cas de métastases d’un mélanome malin (risque épileptique supérieur à 50%), et pour les métastases corticales.

II.4. Traitements antitumoraux

II.4.1. métastases cérébrales multiples

Le but du traitement est palliatif.
Une radiothérapie de l’encéphale améliore l’état fonctionnel chez 55% des patients dès la 2ème semaine.
L’amélioration fonctionnelle est accélérée par un traitement corticoïde.
Survie médiane : 4 à 8 mois.

Traitement de référence :
Radiothérapie de l’encéphale in toto
- 2 faisceaux latéraux
- 30 Gy en 10 fractions et 12 jours

Option :
20 Gy en 5 fractions et 5 jours (sujets à l’état général précaire ou difficiles à transporter)

Un complément focalisé de radiothérapie peut être indiqué sur des lésions résiduelles.

II.4.2. Métastase cérébrale unique ou métastases peu nombreuses (n=<3)

Le but du traitement peut être curatif chez les patients qui remplissent les critères du RTOG (cf. ci-dessus).
20 % des patients survivent plus d’un an.

Une confirmation histologique est indispensable.

Traitement loco-régional :

-Métastase unique de moins de 10 cm³ accessible à une résection complète.

Traitement de référence :
Résection suivie d’une irradiation de l’encéphale in toto

Option :
Irradiation stéréotaxique (séance unique : radiochirurgie) et irradiation de l’encéphale in toto (résultats jugés comaparables à ceux de la chirurgie)

-Autres cas de figure :
Discussion multidisciplinaire au cas par cas

II.4.3. Rôle des traitements par voie générale

Des réponses de métastases cérébrales à un traitement par voie générale ont été observées dans les situations suivantes :

Cancer bronchique à petites cellules : platine – VP16
Cancer du sein : FAC, CMF, cisplatine – VP16, thiotépa, tamoxifène
Mélanome malin : fotémustine
Cancer bronchique non à petites cellules : platine – VP16, gemcitabine

Dans ces situations un traitement par voie générale, associé au traitement loco-régional, est une option à discuter au cas par cas, notamment chez les patients qui ont les critères de pronostic favorable du RTOG (cf. ci-dessus).

II.4.4. Cas particulier des tumeurs germinales métastasées du cerveau

Bilan :
β-HCG et α-foeto-protéine dans le LCR
IRM

Survie prolongée dans environ 20 % des cas

Etapes du traitement :
-Chimiothérapie (comprenant du cisplatine) : 3 ou 4 cycles
-Radiothérapie encéphalique : 30 Gy (à 45 Gy)
complément sur un volume réduit : 10 Gy


Accueil | | Nous contacter
© 2002 Gercor
Sitemap